Teledakar
Actualité - Sport - People

Ce qu’il faut retenir de l’entretien de Abdou Karim Fofana et Sidiki Kaba avec la presse internationale

Ousmane Sonko, Dialogue national, CPI : Ce qu’il faut retenir de l’entretien de Abdou Karim Fofana et Sidiki Kaba avec la presse internationale  Le Ministre du Commerce, de la Consommation et des PME, porte-parole du Gouvernement et son collègue Ministre des Forces armées ont fait face à la presse internationale ce jeudi 25 mai 2023 à la Primature. Abdou Karim Fofana et Me Sidiki Kaba, ont répondu aux questions des journalistes relatives  aux  risques de troubles à l’ordre public, au Dialogue national, à l’évocation d’une plainte de Juan Branco contre l’Etat du Sénégal à la CPI entre autres. Risques de troubles à l’ordre publicA la suite de l’appel à la désobéissance civile lancé par le leader du Pastef Ousmane Sonko et son programme de caravane de la liberté pour « déloger le Président Macky Sall du Palais, le Ministre Porte parole du gouvernement a été  catégorique : « L’Etat restera ferme sur tout acte visant à créer des troubles à l’ordre public ».  « Aucun État organisé ne laisse l’anarchie prendre les rues », a-t-il ajouté. Le Ministre du Commerce, de la Consommation et des PME garantit que l’ordre public sera maintenu et que l’Etat ne laissera personne troubler la quiétude des Sénégalais.  Son collègue Ministre des Forces armées, de compléter en soulignant que “l’utilisation des cocktails molotov tue, et que dans cette situation, l’Etat a le devoir de protéger les institutions de la République, les personnes et leurs biens”.Me Sidiki Kaba observe, par ailleurs, que la justice ne doit subir aucune pression. « Nul n’est au-dessus de la loi et force restera à la loi”, prévient-il. Dialogue nationalLa question du dialogue national a été évoquée lors de cet entretien. “Le dialogue est un élément important de notre tradition démocratique. C’est dans l’ADN de notre politique”, a indiqué M. Fofana. “Cette volonté de dialogue dénote de l’engagement du Président Macky Sall d’œuvrer pour la paix et la cohésion nationale. S’il y a des partis politiques qui refusent de participer au dialogue, c’est parce qu’ils ignorent que le dialogue fait partie de l’ADN de la politique au Sénégal”, martèle-t-il. Évocation d’une saisine de la CPI par Juan BrancoLe Ministre des Forces armées s’est, par ailleurs, prononcé sur l’annonce d’une plainte contre l’Etat du Sénégal devant la Cour Pénale Internationale (CPI)  par l’avocat français Juan Branco. Me Sidiki Kaba parle d’un “coup d’éclat médiatique”. “Les crimes visés par la CPI sont en déphasage avec la réalité au Sénégal. Par conséquent, cette plainte ne saurait prospérer car la Cour Pénale Internationale est une juridiction de derniers recours et sa saisine reste soumise à des conditions spécifiques comme l’établissement de crimes de guerre,  de génocide, de crimes contre l’humanité, de crimes d’agression entre autres.  Ce qui n’est pas le cas pour le Sénégal”, souligne-t-il.

Auteur: Seneweb News – Seneweb.com
commentaires
Chargement...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Détails